JULIA KRISTEVA

Exit

Julia Kristeva
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dostoïevski face à la mort, ou le sexe hanté du langage

 

Fayard, octobre 2021

 

  L’œuvre de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski hante la conscience européenne et mondiale depuis un siècle et demi (Nietzsche, Proust, Kafka, Nabokov, Berdiaev, Chestov, Soljénitsyne, Sarraute, Sollers, Visconti, Bresson, Kurosawa, Wajda et bien d'autres) et continue à fasciner le marketing hyperconnecté (16 versions en chinois de Crime et Châtiment). Le livre de Julia Kristeva dévoile la surprenante actualité du "grand Russe", génie aussi tourmenté que prophétique.
  "Partout et en toutes choses, je vivais jusqu'à l'ultime limite, et j'ai passé ma vie à la franchir", écrit-il à son ami le poète A. Maïkov en 1867. Il l'a fait, porté par sa foi orthodoxe dans le Verbe incarné, en réinventant ce pari sur la puissance de la parole et du récit qu'est le roman polyphonique : pour braver le nihilisme et son double, l'intégrisme, qui gangrènent le monde sans Dieu et avec lui.
  Ses personnages extravagants, oscillant entre monstruosité pathétique et insignifiance d' "insectes", pressentaient déjà la matrice carcérale de l'univers totalitaire qui se révéla dans la Shoah et le Goulag, et qui menace aujourd'hui par l'omniprésence de la technique.
  Vibrante osmose et vigilance tonique, l'oratorio de Julia Kristeva décrypte un Dostoïevski total et neuf, galvanisé par le langage. L'homme et l'oeuvre s'introduisent dans le troisième millénaire, où, enfin, "tout est permis". Et les anxiétés des internautes rejoignent les sous-sols des démons dostoïevskiens.
  
Essayiste, romancière, psychanalyste, Julia Kristeva, docteur honoris causa de nombreuses universités, dont l’œuvre est traduite dans beaucoup de pays – et intégralement aux Etats-Unis – a reçu en 2004 le prix Holberg, équivalent du Nobel pour les sciences humaines.


 

La fièvre Dostoïevski

par Michel Eltchaninoff

Philosophie Magazine, Novembre 2021 (cliquer pour agrandir) :

 


 


Julia Kristeva, aimer Dostoïevski ?, par Philippe Forest, Art press, novembre 2021 (PDF)

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


twitter rss